Johnny

image artiste

Dans notre ère où les modes et les idoles naissent et meurent à la vitesse de l’éclair, il est des plus salutaire de se pencher sur quelques passions tenaces et les choix de vies qui en découlent. Remercions Johnny , fan de Johnny Hallyday de la première heure et sosie professionnel, de nous raconter sa vie, véritable phare pour nous autres jeunes culs déboussolés.


« Je suis fan de Johnny Hallyday depuis que j’ai 14 ans. J’en ai 55 aujourd’hui, cela fait donc 41 ans que cette histoire dure. À 10 ans, je quitte l’orphelinat/prison dans lequel j’étais placé depuis l’age de 5 ans. Quatre ans plus tard, j’entends pour la première fois « Je suis né dans la rue » de Johnny Hallyday. Ce mec raconte sa vie, ma vie : « J'ai dû me battre/ Pour avoir la vie que j'aimais/ J'ai dû me battre/ Encore plus fort pour la garder/ De tous les côtés de la ville on me cherchait/ Les poings se sont serrés/ Depuis je n'ai pas changé.

À cet age-là, mes traits ressemblaient déjà à ceux de l’idole des jeunes. Dans la rue, les gens m’appelaient Johnny.Cette ressemblance, couplée avec les défis que nous nous lancions entre potes pour savoir lequel d’entre nous aurait le courage de monter sur scène, m’a poussé à passer à l’acte. Je n’ai jamais été timide. C’est donc sans appréhension que je suis monté au front du rock n’roll.

Parallèlement à cette passion naissante, j’ai enchaîné les petits boulots pendant quelques années. Le plus marquant de tous fut celui de roadies des Martin Circus. Un jour, leur chanteur Gérard Blanc m’a dit : « ta voix c’est de l’or, ne la gâche pas ». Cette phrase est restée enfouie dans un coin de ma tête et en 94 j’ai tout lâché pour m’adonner à ma passion.

Depuis, je m’appelle Johnny H, monte sur scène, fait vibrer le public et vibre par lui. Pourquoi avoir choisi Johnny H comme nom de scène ? Et bien avant toute chose, « J et H » sont mes vraies initiales. À croire que j’étais prédestiné !, je suis passionné par les Indiens d’Amérique et tout particulièrement par la vie de Geronimo. J’ai personnalisé le nom de ma tribu favorite en lui adjoignant l’initiale de mon nom. Grâce à cela, ma notoriété s’est accrue peu à peu. J’ai fait quelques télés sur M6 ou TF1 pour le maillon faible spécial sosie et je suis parti à Tahiti pour une série de concerts et interviews sur RFO et des radios locales.

Je n’ai pas encore eu la chance de rencontrer Johnny Hallyday. Je l’ai bien sur vu plusieurs fois en concert (entre autres au Parc des Princes en 1993, pour ce qui est considéré comme le meilleur concert de Johnny Hallyday, ndlr) et j’ai joué dans Jean-Philippe où il m’a dédicacé sa guitare par l’intermédiaire d’un ami. Mais mon histoire la plus émouvante avec lui s’est passé en 94. Un groupe de motard m’avait demandé de participer à un concert de solidarité envers le pilote et ami de Johnny Hallyday, qui avait perdu dans un incendie la totalité de ses avions. À cette occasion, Johnny Hallyday m’a envoyé sa bénédiction par telex, me disant « Tu as un grand cœur. Seules les montagnes ne se rencontrent pas. Un jour, nos routes se croiseront. »

J’aime ce rapport entre êtres humains. Johnny a beau être adulé, parfois même jusqu’à la folie, par les foules, il reste un homme. Certes, je suis fan de Johnny Hallyday, il m’accompagne depuis que j’ai 14 ans et j’interprète son personnage sur scène depuis bientôt 15 ans mais cette passion n’a jamais été dévorante. J’ai toujours placé ma vie de famille bien avant mon job et ma passion. D’ailleurs, ma femme le dit elle-même : « c’est l’homme que j’aime, avant le sosie ! »

L’amour de ma femme, la chance de pouvoir exercer ma passion malgré les difficultés de la vie, mes camarades du Cheyen Group, le rock n’roll, toujours le rock n’roll… Comme je le dis souvent, « mes parents ne m’ont pas nourri avec un biberon, mais avec un micro ! »

C'est grace à mon ami Nono . que je suis sur les planches aujourd'hui.


 +33 6 07 30 33 55